Archives pour janvier 2017

Pierre de lave française

La Pierre de Lave appelée aussi Basalte est une pierre d’origine éruptive ou magmatique. C’est une roche volcanique car elle provient des carrières de volcans. La lave s’est solidifiée, plus ou moins lentement au contact de l’eau ou de l’air.

Beaucoup de pierres de lave sont extraites des carrières provenant du Vésuve ou de l’Etna, et sont exploitées pour orner des cuisines, des sols, des salles de bains dans le monde entier.

Mais nous avons en France, notre Pierre  de Volvic qui provient des coulées du Puy du Nugère, d’il y a 11 000 ans.

C’est une pierre de couleur grise avec de nombreuses petites bulles et du Feldspath. Elle résiste au gel, aux produits chimiques et présente un faible coefficient de dilatation.

Toutes ces caractéristiques en font un matériau intéressant pour la construction, notamment dans les environs de Clermont Ferrand et de Riom dans le Puy de Dôme, proche de la commune de Volvic.

La construction des Eglises à la fin du XII ème et au XIII ème  dans la région clermontoise, marque le début de son utilisation intensive. Elle fut par la suite, utilisée dans les villes; sa couleur sombre donnant un aspect typique à l’architecture des quartiers historiques des villes de cette région.

Sa texture et sa dureté en font également un matériau se prêtant bien à la sculpture.

La Pierre de Volvic a été exploitée dans des mines souterraines. Au XIX ème siècle, l’exploitation se modifia et devint une exploitation à ciel ouvert ce qui permettait d’augmenter les quantités extraites.

Au cours du XIX ème et au XXème siècle, l’exploitation s’est mécanisée. L’extraction de la pierre de Volvic employait 1 500 personnes entre les deux guerres mondiales. Elle a  depuis fortement diminué.

Ses qualités vis à vis de la température, son point de fusion (environ 1 500° C), font qu’elle est utilisée sous l’appellation de Lave de Volvic, comme substrat pour l’émaillage de la pierre, qui demande un chauffage à une température moyenne de 960 °.

La lave de Volvic fut également utilisée par la société Michelin pour ses plaques signalétiques de routes et d’agglomérations.

Aujourd’hui on utilise largement la Pierre de Lave en marbrerie de décoration. Les architectes d’intérieur la proposent souvent aux boutiques de luxe pour les sols et les comptoirs.

A la Marbrerie Provençale, nous affectionnons également ce matériau naturel pour toutes ses qualités géologiques et esthétiques.

Invitez le marbre dans votre salle de bains

L’OLIMPICO STRIATO EST UNE INVITATION AU VOYAGE


Quand on évoque le marbre, de somptueux palais et sculptures Renaissance italiennes, assez froides nous viennent à l’esprit.

Aux quatre coins de la planète, quels que soient le siècle ou la civilisation, le marbre, cette pierre métamorphique dérivée du calcaire a toujours évoqué la magnificence des puissants.

On extrait le marbre dans de nombreux pays, y compris en France, où il existe plusieurs carrières connues depuis l’Antiquité. Au fil de toutes ces déclinaisons de couleurs et de veinages, le marbre est, et restera  un signe de richesse, en particulier dans la salle de bains, la pièce intime liée à votre bien être.

C’est sans doute encore onéreux mais c’est le prix d’un savoir faire d’exception, le coût d’un matériau naturel difficile à extraire et extrêmement fragile, donc toutes les manipulations sont risquées.

C’est un matériau facile à vivre car le marbre est totalement approprié à n’importe quel endroit de la salle de bains, même s’il est délicat et que la calcite qu’il contient est sensible aux attaques acides (comme le parfum).

Le marbre s’entretient facilement car il est souvent posé à la façon marbrière, en grands panneaux calepinés, donc les joints sont peu nombreux et très fins.

Le marbre est intemporel, il ne se démodera pas. C’est une matière d’exception qui donnera une élégance sans pareil à votre salle de bains.


Les couleurs tendres du marbre s’harmonisent dans cette pièce où l’on recherche l’apaisement, où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté.

Hommage à Rodin en 2017 = Hommage au marbre

La Grand Palais célèbre le centenaire de la mort du sculpteur Auguste Rodin (1840-1917) dans une grande exposition à voir du 22 mars au 31 juillet 2017.

Si la critique moderne a fait avant tout de Rodin, un modeleur et un homme de plâtre, ses contemporains avaient vu en lui, le dominateur de la pierre devant lequel, « le marbre tremble ».

Contrairement à une idée reçue, les marbres de Rodin, loin d’être conventionnels, selon ces mêmes critiques, donnent vie et forme à l’art moderne.

Rodin sait animer un matériau classique, voué à priori à l’immobilité.

« La Chair », que les sculpteurs s’attachent à représenter depuis l’Antiquité, devient avec lui plus vivante que jamais.

La question des matériaux dans l’art n’est pas simple, affaire technique ou esthétique. Il s’y greffe une forte dimension symbolique ainsi le marbre renvoie à l’Antiquité, au mythe de la Grèce Antique et à l’Italie renaissante, à travers la figure de Michel-Ange.

Le marbre est aussi considéré comme le matériau le plus proche de la chair, il doit acquérir souplesse et chaleur en se transmuant sous le ciseau de l’artiste, montrant par là-même la virtuosité de ce dernier et sa capacité à transformer la matière.

Cependant comme la plupart de ses contemporains, Rodin a fait appel dès le début de sa carrière à des praticiens, et néanmoins ses marbres sont très bien identifiés et son style constitue une marque de fabrique, imitée par d’autres artistes.

Rodin, dans l’ombre de qui on trouve des dizaines d’élèves oubliés et une Camille Claudel dont il était fou et dont il a tant pris.

Rodin, aujourd’hui encore fait vibrer le coeur des touristes parisiens, rêvant dans son joli jardin du 7ème arrondissement.

Rodin dont la main souple et dense, frappe l’esprit de chaque amateur d’art : au centre d’une ample exposition.

Il est l’un des hommes de l’année 2017 et avec lui, le marbre est mis en avant.




Retour sur notre site Internet

SEO Do Ingenia